CASTA INTERVIEW

Cartographie du Hip-Hop Rennais – Casta

bomber • 17 décembre 2018 •       

Placer le hip-hop Rennais sur une carte, donner la parole, petit à petit, à tous ses acteurs, rookies, vétérans, old timer ou jeunes pousses, qu’ils officient en tant que Djs, beatmakers, Mc’s, en groupes, comme beatboxers, réalisateurs, photographes ou clippeurs, et on en passe, qu’ils soient actifs aujourd’hui ou qu’ils l’aient été par le passé, tous contribuent à faire de la scène hip-hop rennaise un vivier foisonnant et bien souvent passionnant. Ce dossier, évolutif, leur est consacré.

(crédit visuel Marion Lépée)

Cette semaine nous recevons Casta. Pour ceux qui ne le savent pas Casta est un des Mc’s qui compose le groupe Rennais Micronologie. Pour rappel Micronologie c’est 2 EP, 3 albums et un nombre incalculable de concerts, dont trois passages très remarqués lors des Transmusicales, du Printemps De Bourges et du tremplin des Vieilles Charrues (qu’ils gagneront d’ailleurs en 2008). Mais si nous recevons Casta dans cette cartographie, c’est aussi pour parler de sa carrière solo et de son activisme. En plus d’être Mc, le boug organise des soirées « Old To The New » au 1988 club. Très fréquentées, ces soirées sont le reflet de la pluralité des univers des différents MC rennais. Rookie et vétéran se succèdent sur scène, pour des soirées survoltées qui finissent généralement en gros Dj set hip-hop et trap histoire de calmer tout le monde avant de quitter le club. Vous l’aurez compris Casta est un membre important de l’histoire du hip-hop Rennais. C’est pour cela qu’il vient nous parler de son futur projet musical et de tous les aspects de sa carrière. Nous finirons notre entrevue avec les questions, maintenant habituelles, de la place de Rennes sur la carte du Hip-Hop et de l’évolution de la scène locale.

Fiche de présentation

Origine : Gabonaise
Lieux de résidence: Rennes
Blaze/pseudo/nom: Casta / Makaya-Castanoul Cédric
Crew: Haute Malédiction / Potoroz / Ezula / Micronologie
Année d’activité: depuis 1998
Genre musical: Hip-Hop / Rap
Nombre d’album ou projets: 3 Solos / 3 albums Groupe / 6 mixtape / 1 Beat tape
Projets majeurs de ta carrière: 1 Homme Du peuple (solo) / Multiple (solo) / Hexa (solo) / Art Rythme Éthique (Micronologie) / Équations Verbales (Micronologie) et le futur solo 

Alter1fo: Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Casta: Moi c’est Casta aka Castablast , Mc / Beatmaker / Producteur ayant grandi au Gabon (Afrique) et dont le pied à terre est basé à Rennes. Pas mal de projets et de scènes à mon actif et un 4eme Album solo prévu pour début 2019 !

Comme dit dans l’intitulé de cette interview, tu fais partie du groupe Micronologie. Peux tu nous parler de ce que représente cette formation pour toi?

Micronologie c’est 10 ans de BoomBap et de scènes avant que ce soit « re » à la mode dans les années 2010. Des freestyles dans les rues de Rennes ou en radios, des concerts à travers toute la France, des Albums, des Ep, le Rap avant tout, la rime parfaite et la science de la scène avec mes gars K.oni , Safir et Dj Sambal

A quel point Micronologie à des influences dans ce que tu écris et entreprends ?

Ce groupe m’a apporté du professionnalisme et à transformé ma manière d’écrire. C’est-à-dire moins Street et plus poétique, calibré pour la scène, avec des concepts plus poussés. Même si je continuais à faire des projets solos en parallèle. Il n’y a que le rap qui comptait à cette époque-là on était dans une bulle sans forcément se préoccuper de ce qui sortait.

Tu as sorti un paquet de projets, de mixtapes et d’albums en solo. Peux-tu revenir sur ces différents projets ?

Waw ! Ça risque de prendre du temps ! En gros j’ai commencé le rap avec mes frangins du tiéquar au Gabon avec qui j’écoutais beaucoup de rap français (très fan d’Iam au départ). A cette époque j’avais la chance d’avoir quelqu’un ici qui m’envoyait toutes les mixtapes qui sortaient genre L432 , Hostile etc. Du coup vu que ça ne représentait pas ce qu’on vivait là-bas on a monté le crew HM70. Arrivé en France après le bac, j’ai continué à faire du rap avec certains membres, ce qui a donné le Groupe Haute Malédiction avec qui j’ai sorti 2 mixtapes entre Paris, Le Mans, Rennes, Brest et Montpellier. J’ai fait partie d’un groupe composé essentiellement de musiciens qui s’appelait Chronique d’Akasha avec qui je faisais de la Drum and Jazz. En parallèle j’enregistrais avec HM au studio Call Jha Crew à Rennes où j’ai rencontré BigBro qui a commencé à me faire des instrus et que j’ai backé sur scène par la suite. Je rencontre mes gars de Micronologie sur des OpenMic , des Slam et l’émission Nex’rezo. On rap ensemble tout l’temps et on finit par faire des tracks, des scènes et répéter ensemble avec Chronique. On sort l’album « Art Rythme Éthique » en 2009. Je sors mon premier vrai Solo « 1 homme du peuple » en 2010. Voilà en gros la genèse du bordel !

S’en suivent pas mal de petites et grosses scènes, payé en cachet mais surtout au Black (rire), des ateliers d’écritures en prisons et en collèges, lycées etc. Puis le clip et le EP «  tubes à essais » fin 2011.

De 2013 à 2017 sortent respectivement 1 Beat Tape, 1 album en groupe et 2 solos.

Tu nous a glissé dans l’oreille avant cette interview que tu préparais un projet. Peux tu nous en parler ?

Yes ! Après le projet Multiple très expérimental, où j’ai testé plein de styles différents, et « Hexa » un peu plus commercial, je reviens à mes bases rapologiques sur un projet de 12 titres où je ne fais que ce que je kiff et plutôt en mode Trap, moi qui ai toujours été plutôt électronique que Boombap même si je kiff plein de styles musicaux.

Je ne travaille désormais plus seul mais avec une Team de passionnés tant au niveau des instrumentaux comme entre autre Uno séis (Nantes) , qu’au niveau des mix et Master avec Brhama(Vannes) et Martial Marc (Fougères) pour le mix et le Master, François Camard (Rennes) pour le graphisme, ma garde rapprochée pour les critiques et l’écoute des maquettes comme Dj Sauza(vannes) et Matazz (Toulouse) , des réalisateurs d’Horizons différents pour les clips et Dibyz-recordpour la Distribution. S/O aussi à tous mes médias partenaires ! Rendez-vous en 2019 sachant qu’il y a déjà des extraits en ligne !

Tu organises aussi des soirées au 1988 club et pour y avoir été plusieurs fois depuis leur création, on peut clairement dire que ce rendez-vous est devenu un indispensable pour les amateurs de hip-hop Rennais. Quel regard as tu sur cet engouement croissant du hip-hop à Rennes et plus généralement en France?

Le concept « OldToThenew » est née il y a 3 ans avec Dj Sauza du fait qu’à la base le son qu’on écoutait entre nous ne passait pas forcement dans les bars et clubs de Rennes. On a donc inventé un concert évolutif de soirée commençant par du Rap Fr/Us Oldschool en début de soirée avec Dj Haze et moi. Suivi de sons Dirty/ Trap avec Sauza pour finir avec Ober sur de la Trap/Electro en clôture, le tout agrémenté par du Live de Mc locaux en mode release (souvent des artistes hors programmation des salles de concert rennaises) en milieu de soirée. Big Up au passage au Bar’hic et au Chantier. Fort de cet engouement (la Trap ne passait pas en bar à cette époque ou très peu), j’ai contacté Sylvain Lepennec qui nous as donné l’opportunité de faire ces soirées au 1988LiveClub où son équipe faisait déjà ce genre de concept. Le mot d’ordre étant de mettre en avant les Artistes (DJ & Mc) locaux et régionaux en mode club avec des Lives en milieu de soirée. Depuis qu’on a commencé il y a presque 2 ans on est à une vingtaine de groupe Dj et Groupe confondus à avoir performé avec nous et ce n’est pas finit inchalah !

Quelles sont les prochaines soirées que tu organises et quels artistes serions nous susceptibles de voir ?

Des surprise restent à venir pour les prochaines éditions sachant qu’on est en train de développer des nouveaux concepts au 88 et ailleurs !

Quelle importance accordes-tu au visuel dans ton travail car depuis un certain temps les clips et l’image représentent 50% du travail pour avoir de la visibilité ?

Les visuels sont très importants mais c’est vrai qu’en indépendant on manque vraiment de budget pour mettre en image notre travail artistique et pousser nos délires à leur paroxysme.

Est-ce difficile de percer quand on vient de Rennes et pas de Paris où la musique et les contacts sont principalement concentrés ?

Comme je le disais plus haut la musique est un bizness où la communication et le budget promotionnel priment souvent sur l’artistique. Grace à internet aujourd’hui les données ont changé mais c’est tout de même le buzz qui prime. Tu veux de la visibilité? tu payes. c’est aussi simple que ça… et peu importe d’où tu viens dans le monde c’est la même à moins d’avoir vraiment un talent incontestable ce qui n’est pas mon cas (rire). Fort heureusement avec la musique plus tu travailles avec passion et acharnement plus tu t’améliores et évolues, et ça personne ne peut te l’enlever !

Quelles sont tes attaches avec la ville de Rennes et comment trouves-tu l’évolution de la scène locale actuelle depuis tes débuts ?

Ma mère est bretonne voilà pourquoi je suis dans le coin! La scène rennaise a toujours été un vivier musical tout style confondu, je kiff le fait qu’aujourd’hui enfin des groupes percent au niveau national hiphopement parlant parce-que nous on a galéré (rire). J’en place une à tous les activistes et les assos qui font en sorte de mettre notre culture en avant parce qu’à la base cette ville est très Rock (même si je kiff). Désormais de toute façon le rap est partout. Même si les politiques et les grands médias s’obstinent à ne pas l’accepter comparé aux pays anglo-saxons. On n’a jamais eu de structure adéquat pour l’art du Mc et du Dj hormis le Block ,les Mjc ,le Crij et quelques Studios de passionnés, ça n’a jamais été dans la politique de la ville. On s’est fait nous-même sans se structurer réellement et ça c’est de notre faute! A force d’attendre des élus locaux ou que quelqu’un vienne te chercher ou que ça tombe du ciel (rire). Comparé à Nantes par exemple au niveau des structures d’accompagnement. Désormais les artistes hip-hop se structurent, chose qui ne se faisait pas avant, on se connaissait tous mais chacun dans ses bails! Moi le premier…bref! Un Big up au Triangle, aux assos et autres structures pour le level rennais en danse! Niveau de ouf !

La question que tu aimerais que l’on te pose? et y répondre !

Pourquoi tu fais tout ça Casta (rire) ? je ne sais pas, il y a un côté thérapeutique anarchique et libertin que je ne retrouve que dans cette manière de m’exprimer! Putain d’boulot alimentaire faut bien remplir le frigo mais on lâchera pas l’affaire ne serait-ce que pour ceux qui n’ont pas pu l’faire  ! Sku ! Aight ! On est ensemble !

Le mot de la fin ?

Autant en profiter pendant qu’il en est encore temps, le regard des autres n’a plus aucune importance.

Peace S/O à alter1fo pour cette initiative, les paroles s’envolent mais tous les écri

Pour continuer de découvrir l’univers artistique de Casta nous mettons ci-dessous des liens vers ses réseaux

Soundcloud de Casta : Ici

Twitter de Casta : Ici

Facebook de Casta : Ici

Youtube de Casta : Ici

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *